10/07/2007

Seuls au monde.

dyn006_original_370_320_pjpeg_389_ed6b6f419db6a085d96a202febb77112

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard, quand le repas fut terminé, la sombre forêt bruissant autour d’eux, elle eut besoin de ses bras pour chasser ses mauvais rêves et ses peurs.

Il était là pour la serrer contre lui, la bercer doucement.

Elle s’endormit ainsi, lovée contre sa poitrine, la main posée sur son cœur, la tête au creux de son épaule.

Il resta éveillé un long moment, contemplant le clair de lune sur la paroi de la tente, écoutant les cris des animaux de la forêt au loin.

Comment avait-il pu jamais cesser de l’aimer, un seul instant, une seule seconde ?

17:13 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour toi C'est vrai que c'est toujours plaisant de belles retrouvailles. Et toi, quand te reverras-t-on à une rencontre bloggueurs. J'espère bien te voir à celle de l'automne que j'organiserai. A bientôt. Bizz

Écrit par : jicé | 10/07/2007

bonjour qu'elle bonheur d'avoir pu te lire sur mon blog!

merci pour tous tes voeux de bonheur..

ton texte est très beau

a très bientot

biz véro

Écrit par : véro | 11/07/2007

quel blog magnifique et plein d'amour de tres belle retrouvailles en effet : en ne s'apperçoit de la valeur des choses que quand on les a perdu

Écrit par : Caline | 11/07/2007

Oui, comment a-t-il donc pu ???

Écrit par : Brigitte | 29/07/2007

c'est un trés beau texte,comme d'ailleurs les suivants et les précédents. On en aime certains plus que d'autres bien sûr, mais on lit toujours avec plaisir.
Merci de ta visite, c'est gentil tout plein de ne m'avoir pas oubliée, j'éais si peu présente!
bisous, à bientôt!

Écrit par : mimi | 10/08/2007

Les commentaires sont fermés.