25/06/2007

Le Jeu du Bâton.

Cath et Mumu mai 2007 017
 
 
 
 

 

 

 

 

A mon tour de relever le défi et de reprendre le Jeu du Bâton.... à la demande de Mimi et de Soledad.

 

1)     Je n’exprime pas facilement mes sentiments et je dis rarement « je t’aime ».  Pourtant, j’ai un cœur d’artichaut et je suis très attachée : amour, famille, amis, je vous aime tous tellement même si je ne vous le dis pas assez.

 

2)     J’adore tout ce qui est féminin et je suis très coquette.  Vêtements, accessoires, maquillages, sacs, coiffure : j’aime me sentir bien, féminine jusqu’au bout des ongles mais, paradoxalement, je suis aussi pleine de complexes.

 

3)     Je suis ambitieuse et perfectionniste. Je veux réussir et pour cela, je ne ménage pas mes efforts.  Le travail ne me fait pas peur.

 

4)     Que j’aime ou que je déteste, c’est toujours à fond, sans concession.  Parfois, ça passe mais parfois ça casse …

 

5)     J’aime le contact avec les gens, faire de nouvelles rencontres, croiser des personnes de milieux différents ; cela peut s’avérer très enrichissant.

 

6)     Lire et écrire sont mes deux plus grandes passions.  La musique joue aussi un rôle important dans ma vie et permet d’extérioriser tellement d’émotions.

 

7)     Si je change régulièrement la photo de mon blog, c’est grâce à ma meilleure amie, la plus fidèle, celle qui est toujours présente quand j’ai besoin d’un coup de main.  Elle n’a, en effet, pas son pareil pour trouver le bon angle, la bonne prise qui feront que la photo sera réussie.

 

Je passe la main à :

 

-         Syolann

-         Kardream

-         Pierre de Lune

-         Jicé

-         Quarkenciel

-         Chadou

-         Baby

21:39 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

18/06/2007

Bel inconnu.

dyn004_original_799_600_pjpeg_2545784_0b2d58c2102c915d1d3b71e054545079

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était 15 heures et, de passage en ville, je décidai d’aller prendre un café en attendant de retrouver mes amis un peu plus tard.

 

Assise à une terrasse, je remarquai pour la première fois sa présence alors que le soleil faisait danser des reflets cuivrés dans ses cheveux auburns.

Vêtu avec soin d’un costume anthracite, je me demandai ce que cet « homme d’affaires » pouvait bien faire là au milieu de l’après-midi.  Un attaché case était posé à ses pieds.

Comme moi, il était seul.

Hormis sa tenue vestimentaire, l’attitude qu’il avait adoptée invitait à la détente : il avait l’air de profiter de cette douce après-midi printanière.

 

Mon regard s’attarda sur son visage :

Je ne pouvais distinguer la couleur de ses yeux mais ceux-ci étaient frangés d’épais sourcils foncés.

Son sourire était éclatant, ses lèvres charnues.

L’espace d’une seconde, je me demandai ce qu’on pouvait éprouver lorsque ces lèvres se posaient sur votre peau.

Etait-il amant doux et attentionné ou, au contraire, était-il de ceux qui pensent principalement à leur propre plaisir au détriment de celui de leur partenaire ?

Ses yeux étaient trop doux, je décidai qu’il devait être aimant et tendre.

 

J’entendis une voix profonde et rauque quand la serveuse vint prendre sa commande. 

Une fois encore, j’imaginai cette voix prononçant des mots d’amour et des mots tendres.

 

Quand sa main chercha une cigarette, mon attention fut attirée par ses doigts longs et minces.  Des mains d’artiste sans doute ; des mains pouvant prodiguer des gestes de  douceur mais également pleines de force.

 

Il quitta la terrasse un peu plus tard, laissant sur son passage un parfum musqué d’eau de toilette typiquement masculine. 

 

Je ne l’ai jamais revu mais je ne l’ai pas oublié …

21:33 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

14/06/2007

Pause tendresse.

Il pouvait être si doux, songea-t-elle.

Parfois, leur étreinte était fougueuse, rapide.

Mais, parfois, au moment où elle s’y attendait le moins, il montrait une tendresse infinie avec des gestes lents qui lui exacerbaient les sens.

C’était à elle maintenant de caresser ce corps qu’elle avait appris à connaître aussi bien que le sien.

Il y eu des soupirs, des soupirs de plaisir, des murmures, des promesses.

Elle l’excita de la bouche, heureuse de sentir ses muscles se durcir.

Quand elle parcourut ses hanches étroites, il se tendit comme un arc.

Du bout des doigts, elle dessina l’intérieur de sa cuisse et il frémit de la tête aux pieds. 

Elle poursuivit sa lente exploration …

22:14 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

09/06/2007

Que de souvenirs ...

Chemin

Le temps d’une soirée

Nous retrouver en tête à tête

Durant quelques heures

Evoquer nos souvenirs heureux

Partager nos rêves, nos espoirs

Nos désirs le plus fous aussi

S’apercevoir que rien n’a changé

Que notre complicité est restée intacte

Se promettre de se revoir,

de ne pas perdre le contact

Et puis reprendre notre route

Chacun de notre côté

Tout en sachant que l’autre sera toujours là

23:23 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

07/06/2007

Kathelyne ... Philosophe ???

La fin d’une histoire annonce le prélude d’une nouvelle

La fin d’un amour laisse la place à un autre

Des êtres vont et viennent dans nos vies

Mais encore faut-il tirer les leçons des expériences passées

Et ne pas commettre deux fois la même erreur

Quand il n’y a plus d’issue, plus aucune solution en vue

Il vaut parfois mieux jeter l’éponge et tirer un trait sur le passé

Mais, entre tristesse et espoir, entre larmes et sourire, bien souvent, le cœur balance

Comment savoir si notre choix est le bon ?

Comment être sûr que le chemin que nous empruntons nous mènera dans la bonne direction ?

C’est sans doute ce qui rend la vie si belle et excitante et … difficile aussi parfois .

21:12 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

02/06/2007

Auto-réflexion.

Un soir de mai.

Une soirée plutôt maussade malgré ce début de printemps.

A l’instar de la météo, mon humeur a, elle aussi, viré au gris.

Un peu déprimée, le vague à l’âme, sans raisons particulières : si rien ne va vraiment bien, rien ne va mal non plus.

Installée dans mon fauteuil préféré, un capuccino fumant à portée de main, je laisse vagabonder pensées et idées, alors qu’un de mes CD préférés tourne sur la platine (du Goldman, bien sûr).

Je repense à l’année écoulée, à tous ces changements intervenus ; à cette nouvelle vie que j’ai débutée.

Où me mènera-t-elle ?

Entre questions et interrogations, ai-je pris la bonne direction ?

Idéaliste dans l’âme, avide d’absolu, j’ai toujours tout fait avec cœur.

Oh, bien sûr, cela m’a parfois joué des tours mais comment avancer sans passion ?

Et pourquoi se contenter d’à-peu-près quand la vie peut nous apporter le meilleur, quand il y a tellement de belles choses à découvrir, tellement de gens à aimer, tellement de mieux, tellement de beau.

Et maintenant, il y a toi.

Toi qui, sur la pointe des pieds, est entré dans ma vie et qui, petit à petit, a bousculé mon quotidien.

Tu sembles persuadé que nous sommes faits l’un pour l’autre alors que nous sommes tellement différents.

Toi, les pieds sur terre et moi rêveuse dans l’âme.

Toi, un peu casanier et moi qui ne tiens pas en place.

Toi, le renfermé et moi qui ne sais pas vivre sans mes amis.

Qui peut dire ce que nous réservera demain ?

18:37 Écrit par Kathelyne | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |